Exposition des BU de Lorraine 2018 - Le Labyrinthe du Monde

De Wicri Lorraine
Aller à : navigation, rechercher
Exposition des BU de Lorraine 2018 - Le Labyrinthe du Monde

Evénements de la Direction de la documentation et de l'édition
- Bibliothèque universitaire de lettres, sciences humaines et sociales
Logo BU UL.png
Programmation 2017 - 2018
Septembre Arkhae Mundi
Octobre Fonds Taveneaux
Novembre Illustration et Identité(s) / Illustrating Identity/ies
Novembre-Décembre Autour d'un verre
Janvier Gargouilles - Une légende urbaine
Février Frank Lloyd Wright
Mars Le Labyrinthe du Monde
Avril-Mai-Juin La Faculté des Lettres en Mai 1968
Affiche de l'événement Le Labyrinthe du Monde

Présentation de l'exposition

Lenka Froulikova, Commissaire scientifique, propose une exposition Le Labyrinthe du Monde de Stanislav Špelda, peintre, dessinateur et graveur, lors des Semaines de la culture tchèque et tchécoslovaque, du 5 mars 2018 au 31 mars 2018, à la Bibliothèque universitaire de lettres, sciences humaines et sociales.

Stanislav Špelda et son Labyrinthe du monde. Linogravures en couleurs

Le monde artistique de Stanislav Špelda, dessinateur, peintre et graveur tchèque, originaire de Kvíčala, un pittoresque petit village de montagne, a pris corps dès son enfance. Déjà son père dessinait des avions de combat des première et deuxième guerres mondiales, lui-même imaginait ses dessins à partir de ses lectures de petit garçon: les romans du Français Jules Verne et de lʼAllemand Karl May, ou les récits du Tchèque Jaroslav Foglar. Ses talents artistiques se sont révélés très tôt à lʼécole, mais en ce qui concerne sa future profession, il a été orienté vers la mécanique. Cette formation sera pourtant bénéfique pour sa création, puisque, grâce à ses connaissances techniques, il fabriquera ses propres stylets de graveur. Plus tard, à côté de la peinture à lʼhuile, il pratiquera la pointe sèche, la gravure sur cuivre et à lʼeau forte et le mezzo-tinto. Sa préférence ira finalement à la linogravure. Stanislav Špelda est influencé par le milieu montagnard dans lequel il vit. Son monde artistique exprime lʼanalogie entre lʼexpansion infinie de la nature et lʼélan créateur permanent de lʼhomme. Ainsi, dans une de ses oeuvres, un petit torrent sauvage de montagne coule entre des berges escarpées, couvertes dʼune végétation foisonnante, emportant des arbres déracinés, mais il passe sous un petit pont de pierre, construit des siècles auparavant de la main de lʼhomme. Ailleurs, une jungle tropicale, à la beauté explosive, dont les couleurs saisissantes évoquent tous les sons et les parfums, abrite les temples monumentaux des vieilles cultures asiatiques. Un autre tableau plante un décor idyllique: une vallée de montagne avec ses forêtes, ses pâturages, ses prairies et ses maisons isolées, aux couleurs sobres choisies avec une discrète sensiblité, et dont les détails témoignent de lʼharmonie traditionnelle, dans les pays tchèques, entre lʼhomme et le paysage. Cette oeuvre contraste avec une tête dʼhomme réalisée dans un strict noir et blanc, comme une machine de précision aux nombreux rouages qui ne produirait que la logique et lʼordre. Si la nature et la création humaine ont la même force infinie, cela vaut aussi pour le geste artistique de Stanislav Špelda: de ses mains naissent des images de la nature qui coexistent avec lʼactivité humaine sous différentes formes. Cette proximité nous conduit à des métamorphoses parfois attendues, parfois inopinées. Les visiteurs de lʼexposition pourront se contenter de regarder, dʼabsorber par tous les sens les formes naturelles les plus variées, de se laisser emporter par la force puissante de la nature, qui exclut toute rationalité. Mais il y a une autre approche possible: méditer sur les liens entre lʼhomme et la nature, réfléchir au caractère éphémère ou éternel des civilisations. On trouvera ainsi dans le renouvellement permanent de la végétation une possible source dʼespoir pour lʼhumanité qui porte atteinte, malgré elle, à son environnement naturel. Les oeuvres de Stanislav Špelda, quʼelles sʼinspirent de la montagne ou de ses voyages dans les pays lointains, sont riches de significations dans une réalisation parfaitement maîtrisée. La technique de la linogravure nʼexige pas dʼéquipement compliqué, il suffit de disposer de bons stylets, de linoléum et dʼune presse, mais il faut travailler avec une grande précision. En cela, la formation mécanique que lʼartiste a reçue joue certainement son rôle: ses oeuvres sont finement gravées et lʼassemblage des couleurs témoigne dʼun sens aigu de lʼharmonie. Lʼartiste lui-même, qui réalise le dessin aussi bien que la peinture, et qui a expérimenté les différentes techniques de gravure, déclare à ce sujet: „La linogravure offre de nombreuses possibilités dʼexpression. Cela signifie que jʼai un choix infini dans ma recherche. Quand je crée une linogravure et que jʼajoute progressivement des couleurs, cʼest bien cette technique qui me guide et qui me montre la voie vers le résultat final.“

Linogravure 1
Linogravure 2
Linogravure 3
Linogravure 4
Linogravure 5
Linogravure 6
Linogravure 7
Linogravure 8

Semaines des cultures tchèque et tchécoslovaque

UNIVERSITE DE LORRAINE-NANCY - LUNDI 5 MARS – SAMEDI 31 MARS 2018 // CAMPUS LETTRES ET SCIENCES HUMAINES
Les semaines culturelles se déroulent sous les auspices de S.E. Monsieur Petr Drulák, Ambassadeur de la République tchèque en France.
2018 – l’Année européenne du patrimoine culturel.
2018 est l’année des grands anniversaires tchécoslovaques et tchèques
proclamation de la République tchécoslovaque en 1918, courant démocratique du «Printemps de Prague» de 1968, sans oublier le Coup d’État communiste de 1948.
  • Mardi 6 mars
  • BU, galerie d’art, 17h - VERNISSAGE de l’exposition Le Labyrinthe du Monde. Linogravures de Stanislav Špelda, artiste-peintre, graveur et dessinateur tchèque. Présentation des techniques de gravure par l’artiste. VERRE DE L'AMITIE avec dégustation de petites spécialités tchèques. AMBIANCE MUSICALE.
  • Jeudi 8 mars
  • Salle A153, 18h15 - PROJECTION du film documentaire tchèque Praha [Prague]: Vieille Ville, Prague de Franz Kafka, l’Enfant Jésus, Vyšehrad, Petite Ville, Pont Charles, Château de Prague, Quartier juif, Nouvelle Ville, Petřín, Prague dans la nuit. La projection sera suivie d’un débat.
  • Mercredi 14 mars
  • Salle A153, 18h15 - PROJECTION du film tchèque Film familial [Rodinný film] de Olmo Omerzu (2015). La projection sera suivie d’un débat.
  • Lundi 19 mars
  • Salle A153, 18h - CONFERENCE Le passé et l’avenir de l’Europe. Par S.E. Monsieur Petr Drulák, Ambassadeur de la République tchèque en France et Professeur de politologie.
  • Vendredi 30 mars
  • Salle A153, 18h - CINE-CONFERENCE Du rythme dans les jambes [Rytmus v patách] d’Andrea Sedláčková. Adaptation de la nouvelle La belle saison [Prima sezona] de Josef Škvorecký. La projection sera suivie d’une conférence et d’un débat avec Andrea Sedláčková, metteur en scène et écrivaine tchèque installée en France.
  • Mars
  • Nancy - SPECTACLE MUSICAL ET VISUEL L’Eau de Kupka, voyage onirique, où l’eau, la poésie et la musique s’entremêlent au service de l’imaginaire et du rêve. Inspiré librement du tableau L’Eau ou La Baigneuse de František Kupka, exposé au Musée des Beaux Arts à Nancy. Spectacle donné par l’ensemble Résonances lyriques.
  • Du 5 mars jusqu’au 31 mars 2018
  • Bibliothèque universitaire, galerie d’art - EXPOSITION Le Labyrinthe du Monde. Linogravures de Stanislav Špelda, artiste-peintre, graveur et dessinateur tchèque.

Les Semaines culturelles sont organisées par les étudiants et l’enseignante de langue et de culture tchèques et soutenues par l’UFR ALL, le CERCLE, l’Ambassade de la République tchèque en France et l’association Franco-Tchéquie de Nancy. Les films sont donnés en version originale, avec sous-titres en français.

L'exposition en pratique

Notes