Nuvola apps important.png Attention, Ce wiki a été transféré sur le domaine Démo.Istex.

Voir : https://wicri-demo.istex.fr/Wicri/Sic/H2PTM/fr/index.php?title=Accueil

-

H2PTM (1989) Hernandez

De H2PTM
Aller à : navigation, rechercher
Utilisation d'un hypertexte dans le cadre d'une formation multi-médias à distance
 
 
 
Titre
Utilisation d'un hypertexte dans le cadre d'une formation multi-médias à distance
Auteurs
Jean-Alain Hernandez(i), René Joly(i) et Christine Nora(ii)
Affiliations
(i)Télécom Paris
Département Réseaux
46, rue Barrault, 75634 Paris Cedex 13
(ii)Ecole Polytechnique
Direction de l'enseignement et de la recherche
91128 Palaiseau Cedex
Dans
actes du colloque H2PTM 1989 Paris
publié dans H²PTM89 : Communication interactive, Paris, France, 1990
Thèmes

Réflexions sur les hypertextes et sur les hypermédias.

Réalisations hypertextuelles.

Produits de communication.

Résumé

Cette communication se propose de faire le point sur ce qui a pu pousser un grand constructeur en informatique (Bull) et une école d'ingénieurs (Télécom Paris) à s'associer avec le collège de l'école Polytechnique pour concevoir une formation multi-médias à distance. Il s'agit ici de montrer l'intérêt qu’il y a à bâtir des formations à distance, dans le cadre de la formation continue notamment, en faisant apparaître les apports pédagogiques complémentaires des différents outils multi-médias utilisés (vidéo, EAO, audio, ...). Mais dans cette formation, il est très vite apparu qu’il était indispensable de conserver des séances dites «de regroupement» permettant des échanges directs avec les enseignants. Enfin, nous montrons comment la complexité du domaine couvert et la diversité des besoins en formation individuelle nous ont conduit à intégrer un hypertexte, certes assez simple, mais qui seul permet à l'apprenant de maîtriser l'évolution de son cursus de formation. En dernier lieu, sont commentées les conclusions provenant des premières expérimentations de ce produit. Cette formation d'«Architecte de Réseaux» a été retenue dans le cadre du projet européen COMETT. Elle correspond à environ 250 heurs de cours dont 120 sont aujourd'hui réalisées.

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Il y a aujourd’hui une demande très importante de spécialistes en conception et architecture de réseaux. Par ceci, on entend des personnes capables de concevoir, choisir et mettre en œuvre les différents moyens et techniques pour les communications dans l'entreprise: transmissions des données, des textes, des images, de la voix... au travers de réseaux locaux, de PABX, de réseaux publics... Or il est difficile de former ces spécialistes à partir de la seule formation initiale: la nature même de ces métiers indique qu'il est généralement souhaitable d'avoir quelques années d'expérience professionnelle. C'est pourquoi de nombreuses personnes abordent ce domaine de la conception de réseaux dans le cadre de l’évolution normale de leur carrière d'informaticien ou de spécialiste des télécommunications. Se pose alors pour elles le problème de la formation complémentaire nécessaire, en particulier pour tous les aspects les plus conceptuels. Mais si les spécialistes sont rares, les enseignants le sont peut être encore plus! C'est une des raisons principales pour que, en complément aux formations traditionnelles, la décision de développer un produit d’autoformation ait été prise. Une autre raison importante s'ajoute à celle-ci: compte tenu des tensions existant sur le marché du travail pour les informaticiens, il est difficile de les retirer de leur emploi pour les envoyer plusieurs mois en formation. On comprendra donc que nous ayons choisi un système d'enseignement multi-médias individualisé.

Pourquoi multi-médias ?

Enseigner l'architecture de réseaux, C'est tout à la fois enseigner un savoir et un savoir faire. On trouve dans ce domaine énormément d'aspects concrets (câbles, fibres optiques...) que l'on peut fort bien illustrer à l'aide de la vidéo. En revanche, certaines autres notions peuvent être acquises à l'aide d'études de cas que l'on peut monter à partir de dossiers de presse, ou bien encore à l'aide d'exercices ou d'animations sur micro-ordinateurs. D'autres enfin sont illustrées par quelques interviews bien précis des meilleurs spécialistes du domaine.

D'un point de vue strictement pédagogique, l'élève dispose donc d'un ensemble « fascicules de cours + livres de référence + vidéos + audios + dossiers de presse + planches...» qui lui permettra de progresser.

Mais il nous a paru important de conserver la possibilité d'établir un dialogue, de répondre aux questions, etc. C'est pourquoi l'élève est suivi par un tuteur avec lequel il peut correspondre soit directement (par téléphone par exemple), soit indirectement (par messagerie vocale ou écrite). Enfin, à intervalles réguliers, sont organisées des «sessions de regroupement» qui permettent de rassembler, pour des travaux pratiques ou des séances de questions/réponses, l'ensemble des élèves arrivés au même stade de la formation. Ces séances de regroupement permettent une assimilation plus rapide d'un savoir faire indispensable (utilisation d'analyseurs de protocoles, ...). Pour pouvoir les réaliser, les formations se déroulent durant des périodes précises, rythmées par ces séances.

L’UTILISATION D'UN HYPERTEXTE

Pour développer ce projet, nous avons utilisé la méthode de conception et de développement en usage chez Bull [1]. Elle consiste à faire d'abord l'analyse des tâches qu'auront à exercer dans leur métier les élèves, puis à partir de cette analyse, de déduire des objectifs de formation en termes de savoir faire, en recherchant les compétences que l'on doit avoir pour réaliser telle ou telle tâche. Ayant identifié les tâches et les compétences, il reste à les décrire sous une forme mesurable: c'est l'étape de définition d'objectifs. Un objectif doit être suffisamment précis en terme de savoir faire mesurable, ces savoir faire conduisent alors tout naturellement vers un système de connaissances à acquérir et de tests à passer avec succès. Il ne s'agit en aucun cas d'une liste de connaissances à apprendre. Après la détermination des objectifs assignés à un module de formation, les contenus correspondants ont été définis ainsi que les relations entre les différents objectifs et les modules correspondants.

Il convient de noter qu'en raison de la complexité du domaine, ces relations ne peuvent constituer une hiérarchie stricte de l'ensemble de ces objectifs. En raison d'une utilisation à distance, l'organisation retenue pour les modules diffère radicalement de celle généralement suivie dans des livres de référence [2].

Dans notre cas, cette analyse d'une formation de 250 heures a duré plusieurs mois et a permis de dégager près de 150 objectifs mesurables. Restait alors à répondre à deux questions :

  • Quelles relations les objectifs ont-ils entre eux ?
  • Dans quel ordre l’apprentissage peut-il se faire ?

Si ces questions sont importantes pour les concepteurs du cours, elles le sont encore plus pour les apprenants! Or, «naviguer» parmi 150 objectifs pédagogiques non hiérarchisés n'est pas simple. C'est ce qui nous a conduit à proposer aux stagiaires une solution de type hypertexte; en partant du principe qu'ils ont une idée (au moins assez vague) de ce qu'ils souhaitent apprendre, le système permet, à partir de l'exploration des fiches descriptives des différents modules, de bâtir un chemin d'apprentissage cohérent.

LES PREMIÈRES EXPÉRIMENTATIONS ET LEURS CONCLUSIONS

La première partie (plus de 120 heures de formation) de ce cours a été complètement réalisée et a donné lieu à un jeu (classeur, vidéo, audio, micro). Une première expérimentation en vraie grandeur a eu lieu à l’automne 89, regroupant des ingénieurs de Bull et de France Télécom. A la suite de ce premier test en vraie grandeur, on peut dégager les idées suivantes :

  • le support multi-médias et ce type d'organisation ont été très bien ressenti par les stagiaires.
  • la validation d'un certain nombre de choix, tant du point de vue des médias que du point de vue des contenus, a été faite. Pour certains de ces choix, il convient d'ailleurs de remercier l'Open University (Grande Bretagne) qui a participé à ce projet et nous a beaucoup conseillé.
  • la participation à des séances de regroupement a été très bien ressentie comme un complément indispensable à ce type de formation.
  • la durée effective du cycle a varié selon les personnes mais de toute façon a été nettement supérieure à celle prévue au démarrage du projet (120 heures).
  • le suivi par un tuteur a également été très apprécié mais, comme prévu, si l'on donne la possibilité d'un appel téléphonique direct, cela se fait au détriment de la messagerie et a tendance à réduire d'autant la disponibilité du tuteur.Il nous semble souhaitable de ne laisser à l'avenir que la possibilité de la messagerie, du moins en ce qui concerne les appels des stagiaires, le tuteur, lui, pouvant choisir son mode de réponse préférentiel, messagerie ou téléphone, en fonction de la réponse à fournir.
  • pour ce qui est de l'utilisation de l'hypertexte à proprement parler, il faut d'abord indiquer que, après que des essais aient été fait avec plusieurs produits, c est finalement le logiciel Hyperinfo de Softia qui a été retenu, et ceci pour des raisons tout autant commerciales (accord de licences) que techniques. Bien que les fiches descriptives de modules aient été assez pauvres, l'idée de «naviguer» dans ces fiches pour se créer un chemin d'apprentissage cohérent a été très appréciée. Mais plusieurs utilisateurs ont fait remarquer que, à l'image de la formation, l'hypertexte, qui permet d'en faire un survol, se devait d'être lui aussi multi-médias; en particulier, il a été jugé indispensable d'intégrer des commentaires sonores et de la vidéo dans les fiches de présentation des modules.

En effet, on s'aperçoit que si l'hypertexte permet d'obtenir rapidement les informations recherchées, il ne permet pas suffisamment, pour la majorité des stagiaires en tout cas, de dégager une vision globale générale. Celle-ci sera donc par la suite fournie également sous une forme papier à l’aide de schémas.

CONCLUSION

Plus de 120 heures de formation multi-médias sont aujourd’hui réalisées, qui ont donné lieu à un produit pilote permettant de valider un certain nombre de choix, tant du point de vue des médias que du point de vue pédagogique. Les premières réactions des utilisateurs sont très favorables : l'utilisation de l'hypertexte, même dans une forme très primitive, est jugée très positive. Mais il faut noter qu'il est difficile d'avoir une vision globale du produit à travers l'hypertexte et, en particulier, qu'on ne voit pas toute la richesse des médias utilisés.

Notes

  1. Bull Guide de Conception Développement, Direction Formation/Documentation IT/02/FF/01, Décembre 1988.
  2. A.S. Tanebaum, Réseaux (Traduction française sous la direction de J.A. Hernandez et R. Joly), InterEditions. (1990).