Magnificat

De Wicri Musique
Aller à : navigation, rechercher
Initial C- Monks Singing, monks.jpeg
Chant grégorien
Quelques démonstrations numériques
Répertoire grégorien - Serveurs d'exploration
Dies iræ - Magnificat - Regina Cœli - Tantum ergo - Victimæ paschali laudes
Graduel S Mihiel Page 53 extrait.png
Le Magnificat dans Les Très Riches Heures du duc de Berry

Le Magnificat est un cantique que l'Évangile de Luc met dans la bouche de la Vierge Marie après la salutation de sa cousine Élisabeth et qui se chante aux Vêpres du rite catholique, à l'Office du matin des rites byzantin et syrien, ainsi qu'à l'occasion de certaines cérémonies d'action de grâce[1].

Origine

Cette section est provisoirement initialisée à partir de Wikipédia[2].

Inspiré du cantique d'Hanna, la mère du prophète Samuel (Premier livre de Samuel, dans la Bible), il souligne le lien profond entre l'Espérance et la Foi chez le croyant (tant juif que chrétien).

« Magnificat » est le premier mot (l’incipit) de la traduction latine de ce chant de louange. Il fait partie des liturgies romaine (pour l'office du soir, les Vêpres) et byzantine (aux matines, c'est le seul cantique biblique toujours psalmodié dans le cadre de l'ode qui s'y réfère au sein du canon), et a inspiré de nombreuses œuvres musicales. Chez les protestants, seule l'Église anglicane utilise ce chant, de manière quotidienne, pour le culte du soir, usage préservé du passé catholique.

Œuvres musicales

Cette section est également initialisée à partir de Wikipédia[2].

Dans la liturgie catholique en latin, le Magnificat est chanté lors du service de vêpres, c'est-à-dire l'après-midi. Il est alors associé à plusieurs psaumes.

Œuvres vocales

On peut d'abord citer des œuvres autonomes :

Il peut faire partie d'une composition plus vaste :

Magnificat pour orgue

De nombreux organistes français des Modèle:S2- ont écrit des versets, généralement 6, pour toucher à l’orgue en alternance avec les versets chantés :

En Italie et en Allemagne :

Au XIXe siècle :

  • Edmond Lemaigre : 2 Magnificat dans le 3e Cahier des Nouvelles Pièces pour orgue (1885).

Au XXe siècle :

  • Marcel Dupré : 15 Versets pour les Vêpres du Commun des Fêtes de la Sainte Vierge, Op. 18 : 6 versets pour le magnificat (1920).
  • Charles Tournemire : Postludes libres pour des Antiennes de Magnificat, Op. 68, pour orgue sans pédale ou harmonium (1935).

Dans le Trésor de la langue française

Le Trésor de la langue française [3] donne les définitions et exemples suivants :

Lexicographie

Dans la liturgie chrétienne
Cantique que l'Évangile de Luc met dans la bouche de la Vierge Marie après la salutation de sa cousine Élisabeth et qui se chante aux Vêpres du rite catholique, à l'Office du matin des rites byzantin et syrien, ainsi qu'à l'occasion de certaines cérémonies d'action de grâce.
Syntagmes fréquents : Chanter, entonner le Magnificat..
Exemples:
  • Au Magnificat, les orgues semblèrent lui faire une réponse qui lui fut apportée par les vibrations de l'air (Balzac, Langeais, 1834, p. 201).
  • Tout le peuple en lui s'assemble pour le Magnificat à l'heure de Vêpres où le soleil prend mesure de la terre (Claudel, Cinq gdes odes, 1910, p. 262).
D'un point de vue musical,
  • Magnificat en ré majeur (Pirro,J.-S. Bach, 1919, p. 235):
  • cet hymne [le Te Deum] est autrement imposant, à Saint-Sulpice (...) et il en est de même du Magnificat Royal si majestueux et d'une autre ampleur que ces pauvres Magnificat, si maigres, si peu étoffés, du répertoire de Solesmes. Huysmans, Oblat, t. 1, 1903, p. 259.
Expression : Corriger le Magnificat (à matines).
Faire des critiques mal à propos, sans fondement:
  • Le curé du bourg ne vit pas son retour sans un tremblement, connaissant la Dorothée pour une de celles qui, selon le dicton, corrigeraient le Magnificat [it. ds le texte]. Pourrat, Gaspard, 1922, p. 167.
Par extension
Chant de reconnaissance.
  • Cette hymne éternelle et tout intérieure (...) c'est le chant de cygne de M. de Tillemont: un Magnificat sans fin et tout de silence! (SaintePort-Royal, t. 3, 1848, p. 603).
En interjection ironique:
  • Magnificat! Je suis enfin malade moi-même (Bloy, Journal, 1906, p. 303).

Étymologie

  • 1310-40 (Jean de Condé, Dit dou Magnificat, 69, éd. A. Scheler, t. 1, p. 357: Quant vint au magnificat dire).
  • Latin magnificat (3e pers. du singulier de l'indicatif prés. de magnificare, v. magnifier), premier mot du chant d'action de grâce au Seigneur prononcé par la Vierge Marie en réponse à Élisabeth la saluant après l'Annonciation (Luc, I, 47-55).

Dans la recherche

Qui publie sur le Magnificat ?

Pour répondre à cette question nous avons monté un « Serveur d'exploration sur le Magnificat ». Il contient 2326 documents (dont (2257 documents ISTEX ).

La carte ci dessous montre la distribution des auteurs européens dans ce corpus.


Voir aussi

Notes
  1. Définition extraite du Trésor de la langue française
    Définitions lexicographiques et étymologiques de Magnificat du CNRTL.
  2. 2,0 et 2,1 Magnificat. (2018, août 29). Wikipédia, l'encyclopédie libre. Page consultée le 15:02, août 29, 2018 à partir de http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Magnificat&oldid=151742962.
  3. Définitions lexicographiques et étymologiques de Magnificat du CNRTL.
Sur ce wiki
Dans le réseau Wicri :

Ceci est la page de référence de « Magnificat » Le Magnificat est introduit sur Wicri/Source.

Liens externes