MSH Axe 3 - projet SUM-TEC

De Wicri Lorraine
Aller à : navigation, rechercher

Le projet SUM-TEC (Savoirs universitaires, médiatisation technologique et pratiques des acteurs) prolonge le projet TEC-MEUS, et vise à définir et analyser les conditions et la nature de l’innovation liée à la médiatisation technologique du savoir scientifique, durant les phases de construction, représentation, circulation, acquisition, évaluation, validation et institutionnalisation du savoir.

Il est rattaché à l'Axe 3 de la MSH Lorraine.

  • Responsable scientifique du projet : Luc Massou
  • Durée prévue : 36 mois
  • Date de démarrage : 2012-01-02

Présentation

La place qu’occupent la pédagogie et l’usage des TIC à l’université varie selon les contextes européens et internationaux.

Elle souligne l’enjeu d’une meilleure compréhension des pratiques des enseignants et étudiants, et en particulier, de leurs rapports aux savoirs (scientifiques, professionnels, techniques, relationnels) via les technologies numériques.

Ce projet a la particularité de faire le choix d’une analyse des pratiques des acteurs concernés, pour mieux comprendre les processus à l’œuvre dans la rencontre entre objets techniques et pratiques sociales, et pour identifier les conditions de l’innovation par l’usage des TIC au sein des universités françaises.

Dans cette perspective, il développe son analyse selon quatre axes interdépendants : pédagogique, didactique, communicationnel et organisationnel.

Cette recherche s’appuie sur une méthodologie en deux phases :

  • la première, par une enquête sur les représentations des enseignants-chercheurs et des étudiants sur l’innovation et la médiatisation du savoir, permettra d’inférer les critères de choix des situations concrètes à analyser durant la seconde phase
  • cette dernière se donnera alors pour objectif d’analyser les pratiques innovantes elles-mêmes et les activités qu’elles induisent.

En allant dans le sens d’une culture d’action tournée vers les acteurs et leurs pratiques au sein de l’université, nous faisons l’hypothèse que l’intelligibilité des formes d’innovation via le numérique, en particulier dans le rapport aux savoirs, conduira à des pistes d’amélioration des conditions d’apprentissage pour les étudiants.

Laboratoires et chercheurs lorrains engagés

Autres partenaires engagés dans le projet

  • CIREL-Théodile (EA 1764) - Université Lille 3
  • Oslo and Akershus University College of Applied Sciences (Danemark)
  • GIAPEL - Universitat Jaume I de Castellón (Espagne)

Voir aussi