Nuvola apps important.png Attention, suite à une faille de sécurité, la plupart des liens vers les serveurs d'exploration sont désactivés.

-

Laclos après Laclos 2012 Nancy

De Wicri Lorraine
Aller à : navigation, rechercher
Affiche Laclos 2012 Nancy.jpg

Le colloque Laclos après Laclos : de l'œuvre au mythe (1782-2012), organisé par le Centre d'études littéraires Jean Mourot (CELJM) et le Centre d'études et de recherche Éditer/Interpréter (CÉRÉdI) de l'Université de Rouen, se déroule, le 14 et le 15 novembre, à Nancy, et le 16 novembre, à Rouen.

Programme

Mercredi 14 novembre

  • 14h00 - 18h00 : La postérité immédiate
    • 14h00 : ouverture
    • 14h30 : Pourquoi Laclos ?, par Michel Delon - Université de Paris-IV
    • 15h45 : Dangerous connections, 1784 : et si traduire c’était séduire ?, par David Mac Callam - Université de Sheffield (Royaume-Uni)
    • 16h30 : Au pied d’un monument : à propos du frontispice du Bâtard de Lovelace et la fille naturelle de Merteuil (1806), par Marie-Laure Delmas - Université de Paris-VIII
    • 17h15 : Sur "La Presidenta" de Turvel. Que reste-t-il des "Liaisons dangereuses" ?, par Béatriz Onandia - Université de Lorraine

Jeudi 15 novembre

  • 9h30 - 12h00 : Laclos hors frontières
    • 9h30 : Infortune et fortune des "Liaisons dangereuses" en Italie, par Catia Nanonni - Université de Pérouse (Italie)
    • 10h15 : Entre amitiés et monstruosités : la réception hispanique des "Liaisons dangereuses", par Juan-Manuel Ibeas Altamira - Université du Pays basque (Espagne)
    • 11h00 : La fortune des "Liaisons dangereuses" en Russie, par Véronika Altachina - Université de Saint-Pétersbourg (Russie)
  • 13h30 - 16h00 : Ailleurs et écrans
    • 13h30 : Les adaptations des "Liaisons dangereuses" à l’écran ou le paradoxe de l’auteur trahi, par Alain Sebbah - Université de Bordeaux
    • 14h15 : Des Liaisons dangereuses en Corée, par Yunsoo Lee - Université de Séoul (Corée du Sud)
    • 15h00 : Des "Liaisons dangereuses" à "Nous sommes cruels". Le badinage sérieux, par Imen Matar - Université de Sfax et Université de Lorraine
  • Transfert Nancy-Paris et Paris-Rouen (départ 16h17, arrivée 20h05)

Vendredi 16 novembre

  • 9h30 - 16h15 : Le XXe siècle de Laclos
    • 9h30 : Visite commentée de l’exposition Laclos en images, par Michèle Sajous d’Oria
    • 10h30 : Les "Liaisons dangereuses" et les romans épistolaires européens du premier tiers du XXe siècle, par Éric Thil - Université de Strasbourg
    • 11h15 : L’édition des "Liaisons dangereuses" publiée par the Black Sun Press : une page dans l’histoire du livre franco-américain, par Christina Ionescu - Université de Mount Allison (Canada)
    • 12h00 : Lire les "Liaisons dangereuses" par le prisme de l’œuvre quignardienne, par Michèle Bokobza Kahan - Université de Tel Aviv (Israël)
    • 14h00 : Merteuil en mère maquerelle : adaptation et prostitution dans "A factory of Cunning" de Philippa Stockley, par Dominique Hölzle - Université de Grenoble
    • 14h45 : Je n’ai jamais lu les "Liaisons dangereuses"... (Heiner Müller), par Sylviane Leoni - Université de Dijon
    • 15h30 : L’humour anglais de Laclos et son adaptation par Hampton, par Lydia Vázquez - Université du Pays basque (Espagne)
    • 16h15 : Clôture du colloque

Problématique

Les Liaisons dangereuses a été accueilli dès sa publication par un succès de scandale. Laclos n’aurait-il pas lui-même déclaré au comte de Tilly : « Je résolus de faire un ouvrage qui sortît de la route ordinaire, qui fît du bruit et qui retentît encore sur la terre quand j’y aurais passé » ? Des imitations, suites et adaptations en ont été rédigées très vite. Des traductions en ont été effectuées dans différentes langues. Alors même qu’il est condamné par les âmes bien-pensantes, puis par la justice, l’ouvrage est devenu une référence pour des écrivains de toutes les générations et de multiples pays, le sujet d’articles et de thèses nombreux. Le colloque se propose d’examiner cette floraison de textes, mais aussi d’interprétations du roman dans d’autres médias (films, gravures, opéras etc.), ainsi que l’émergence d’une sorte de « mythe de Laclos ». La parution d’une nouvelle édition dans la Bibliothèque de la Pléiade offre l’occasion de repenser, aujourd’hui, les raisons de ce succès et la modernité des Liaisons dangereuses.

Plusieurs axes peuvent être envisagés dans cette perspective :

  • la lecture critique des Liaisons dangereuses aujourd’hui : après les colloques consacrés à Laclos en 1982 (Laclos et le libertinage, Actes du colloque du bicentenaire des Liaisons dangereuses, Paris, PUF, 1983) et en 2003 (Deux siècles de Liaisons dangereuses, Tarente, Lisi, 2005) et le numéro d’Europe paru à l’occasion du bicentenaire de la mort de l’écrivain, il convient de réfléchir aux nouveaux regards possibles sur une œuvre considérée de nos jours comme faisant partie, de plein droit, du patrimoine littéraire mondial
  • l’imitation des Liaisons dangereuses : depuis la fin du XVIIIe siècle, les auteurs se sont essayés à des suites et imitations du roman de Laclos. Qu’écrivent-ils et quelles orientations idéologiques esquissent-ils ? Plusieurs fictions modernes s’inscrivent dans cette tradition - on pourra citer, au cours des dix dernières années, Le Mauvais genre de Laurent De Graeve (2000) ou Nous sommes cruels de Camille de Peretti (2006), mais aussi des œuvres étrangères comme A Factory of Cunning de Philippa Stockley (2005). Pourquoi ces « désirs palimpsestueux » (Genette) pour le texte de Laclos ?
  • les traductions du roman : le succès retentissant du livre conduit à une floraison de traductions, dès la fin du XVIIIe siècle. Quel sort l’Europe réserve-t-elle au roman français de l’époque ? Quels sont les choix et les enjeux de ces traductions ?
  • les adaptations à la scène ou à l’écran : transposé au théâtre dès sa parution, le roman inspire, aux XIXe et XXe siècles, plusieurs œuvres théâtrales, puis cinématographiques qui ont chacune contribué à la renommée du livre. Quelles lectures ces versions proposent-elles ? Que nous apprennent-elles sur le roman ?
  • les illustrations : comme l’a montré un ouvrage récent, pour le domaine français (Laclos en images, 2003), Les Liaisons dangereuses a été abondamment illustré. Quels sont les fonctions de la mise en images du récit ? Comment les planches organisent-elles une lecture particulière du texte ? En quoi invitent-elles à un regard nouveau ?
  • le mythe de Laclos : la question du rapport entre morale romanesque et biographie de l’auteur, à laquelle s’ajoute par la suite une interrogation sur le rôle de Laclos au moment de la Révolution française, ont conduit à l’émergence, dès 1782, d’un mythe Laclos. En quoi celui-ci est-il fondé sur des critères esthétiques ? Quels sont les apports des travaux biographiques actuels ?

Comité scientifique

  • Thierry Belleguic - Université Laval (Canada)
  • Simon Davies - Queen’s University, Belfast (Irlande)
  • Michel Delon - Université Paris-IV
  • Jean-Marie Goulemot - Université de Tours, Institut universitaire de France
  • Michèle Sajous d’Oria - Université de Bari (Italie)
  • Lydia Vázquez - Université du Pays basque (Espagne)

Comité d'organisation

À Nancy :

À Rouen :

  • Stéphanie Genand - Université de Rouen, Institut universitaire de France

Voir aussi