Géomorphologie (2011) Corona

De Wicri Bois
Aller à : navigation, rechercher
Validation d'une méthode de quantification des vitesses d'érosion sur marnes par dendrogéomorphologie

Draix, Alpes de Haute-Provence
 
 
logo import Wikipedia référence bibliographique en cours de traitement
Titre
Validation d'une méthode de quantification des vitesses d'érosion sur marnes par dendrogéomorphologie : Draix, Alpes de Haute-Provence
Auteurs
Christophe Corona(i), Jérôme Lopez Saez (i), Georges Rovera (ii), Laurent Astrade (iii), Markus Stoffel(iv), Frédéric Berger(i)
Affiliations
  • i - Cemagref, UR EMGR, 2, rue de la papeterie BP 76/38402 Saint-Martin d'Hères/France
  • ii - Université Joseph Fourier, Institut de Géographie Alpine, 14 bis, avenue Marie Reynoard/38100 Grenoble/France
  • iii - Université de Savoie, CISM, Laboratoire Edytem, Bâtiment Belledonne, Campus de Technolac/73370 Le Bourget-du-Lac/France
  • iv - Université de Berne, Laboratoire de dendrogéomorphologie, Institut de Géologie, Baltzerstrasse 1 +3/3012 Berne/Suisse
Source
Géomorphologie : (Paris); ISSN 1266-5304; France; Da. 2011; No. 1; Pp. 83-94; Abs. anglais; Bibl. 1 p.3/4 ref

Résumé

Les marnes noires du Jurassique couvrent de vastes surfaces dans les Alpes françaises du Sud. Partout où elles affleurent, elles sont sujettes à une érosion intense à l'origine de problèmes de sédimentation dans les cours d'eau et d'envasement dans les retenues hydro-électriques. Dans les badlands de Draix (Alpes de Haute-Provence), les vitesses d'érosion obtenues par différentes méthodes de mesure atteignent 5 mm/a à 10 mm/a. Dans cette étude, les vitesses d'érosion quantifiées au moyen d'une approche dendrogéomorphologique sont validées par comparaison avec celles issues du suivi micrométrique d'un réseau de 47 tiges métalliques. Trente-neuf racines de Pinus sylvestris L. déchaussées ont été échantillonnées dans le bassin-versant du Moulin (8 ha) et l'impact de la dénudation sur les variations anatomiques des cernes annuels de croissance a été mesuré. L'année de déchaussement a pu être déterminée via l'étude de la diminution très rapide, de l'ordre de 60 %, de la surface du lumen des trachéides. Les vitesses d'érosion mesurées au moyen de la dendrogéomorphologie sont de l'ordre de 5 mm/a et montrent une corrélation significative [r2(d) = 0,39] mais non exclusive avec la pente locale. Elles concordent avec celles obtenues à partir de mesures micrométriques (5,7 mm/a en moyenne) et par cubages réalisés à l'exutoire du bassin-versant (4,7 mm/a). Dès lors, cette approche offre des perspectives particulièrement intéressantes pour quantifier et spatialiser rapidement les vitesses d'érosion moyennes sur plusieurs décennies, dans des bassins versants non instrumentés.

Indexation

Pascal
Marne; Jurassique; Erosion; Dendrochronologie; Envasement; Badland; Vitesse; Racine; Pinus; Bassin versant; Dénudation; Croissance; Taux érosion; Corrélation; Morphodynamique; Actuel; Alpes Françaises; Alpes-de-Haute-Provence
Roche clastique; Roche sédimentaire; Mésozoïque; Phanérozoïque; Pinaceae; Coniferales; Gymnospermae; Spermatophyta; Plantae; Alpes; Europe; France; Europe Ouest

Lien externe

Adresse de l'article sur le site de la revue : http://geomorphologie.revues.org/9254?&id=9254